31 janvier 2013

LES TROUBLES DU COMPORTEMENT ALIMENTAIRE

L’ANOREXIE

Si l'étymologie du mot anorexie fait référence à la perte d'appétit, l'origine du problème ne réside cependant pas dans l'absence de la sensation de faim.
En termes de définition, l'anorexie mentale fait référence au refus d'une personne de s'alimenter.
En fait, de manière très spécifique, l'anorexie s'accompagne d'une peur intense "d'être gros" et d'une poursuite incessante de maigreur. Un exercice quotidien et intensif complète généralement le tableau des conduites alimentaires restrictives.
En réalité, l'anorexique n'est jamais satisfait(e) de sa perte de poids. Rester au même poids d'un jour à l'autre, ou pire, prendre quelques grammes, engendre chez l'anorexique une intense panique, accompagnée d'angoisse et de sentiments dépressifs.
On note également une perturbation très marquée de l'image du corps. Ainsi par exemple, lorsqu'un(e) anorexique se regarde dans un miroir, elle (il) se trouve-ou trouve certaines parties de son corps-toujours trop grosses, alors que son extrême maigreur est flagrante. C'est une des raisons qui font que peu d'anorexiques s'engagent dans un traitement, leur première démarche répondant souvent à une pression de l'entourage. L'aménorrhée est toujours présente pour les filles.
Pour un(e) anorexique l'idéal reste, pendant longtemps, d'avoir un corps sans graisse, sans substance, sans formes. Le corps est souvent source de dégout, de honte. Les attributs de la féminité sont en général refusés, ainsi que la sexualité d'une manière globale.
L'anorexique s'intéresse davantage aux activités spirituelles et intellectuelles, qu'à celles concernant le corps. De plus, l'anorexique fait au début souvent preuve d'une activité physique ou intellectuelle extrême, voire d'hyperactivité au sens propre du terme.
Le signe essentiel va être le déni, amenant le (la) patient(e) à exhiber sa maigreur en refusant son trouble et, dans une perturbation de l’image du corps, à se voir plus gros(se) qu’auparavant.

3749cbc934051cd6f5a539dc940553cb.jpg


LA BOULIMIE

La boulimie est un comportement chaotique face à la nourriture - besoin irrésistible et inassouvissable de manger.
La personne boulimique a souvent une apparence normale et soignée, ce qui lui permet, de cacher pendant longtemps sa problématique qu’elle vit dans la honte. La personne boulimique n'est pas obèse, mais garde un poids normal ou légèrement en dessous ou au dessus de la moyenne.
La personne boulimique vit dans la terreur de prendre du poids. Pour éviter de grossir, elle développe des comportements divers: elle se fait vomir, parfois même plusieurs fois par jour et/ou consomme des laxatifs et des diurétiques de façon excessive. D'autres comportements compensatoires rencontrés dans certains cas sont le jeûne prolonge après les excès alimentaires ou des séances d'exercice intensif (des heures de jogging ou de musculation par exemple).
La personne boulimique perd le contrôle de son alimentation, et est sujette a des épisodes de suralimentation. Ces crises surviennent fréquemment en dehors des repas, en général en cachette.
Les boulimiques fonctionnent souvent dans le système du «tout ou rien»: une fois la crise commencée, il ne sera plus question de la contenir, et la personne se laisse alors aller à manger sans plus aucune retenue.
Beaucoup de personnes boulimiques ne prennent plus ou rarement de repas « en public» craignant l'arrivée d'une crise. Elles se privent donc des invitations à diner, des séjours en groupe, etc ... jusqu'à se marginaliser. Eprouvant une détresse profonde sans oser se confier a leur entourage, les personnes boulimiques tombent souvent dans un cercle vicieux et un état dépressif plus ou moins grave, desquels elles arrivent difficilement a sortir.

75335a8ea94a7df3efef15747e89dff9.jpg


L’HYPERPHAGIE BOULIMIQUE

L’hyperphagie boulimique ( ou BED : Binge Eating Disorder) est un trouble boulimique sans vomissement ou sans technique de contrôle du poids.
Les personnes sont en surpoids, voire obèses.
Ce trouble est très fréquent puisque l’on considère que plus de 50% des obèses en sont atteints.

d9ad16bbfd42e2de1bf878bed4a1ecd8.jpeg

Les commentaires sont fermés.